Pages

Wednesday, May 29, 2013

Vers le ré-enchantement? Quelques nuances.


Pour comprendre l’engouement pour l’imaginaire dans les médias de masse, certains savants ont émit l’hypothèse d’une tendance inverse au processus de sécularisation constaté aux aurores de la modernité scientifique. Les imaginaires à grand déploiement proposeraient de nouvelles figures du divin, synthétisant les paganismes antiques.

Toute attirante qu’elle soit, la thèse du ré-enchantement est réductrice. S’ils suscitent autant d’intérêt, les imaginaires à grand déploiement doivent forcément répondre aux attentes multiples de divers publics. Insinuer que ces imaginaires se fondent sur des récupérations de motifs « païens », c’est d’une part minimiser le caractère universel de ces notions qui informent également les traditions judéo-chrétiennes et, d’autre part, ignorer les déplacements sciemment opérés par leurs créateurs. Compte tenu de son importance sociale, cette matière mérite une approche plus respectueuse de sa complexité.

Les expressions de l’imaginaire entretiennent divers rapports avec le religieux; premièrement, elles focalisent l’attention sur certains éléments de la condition humaine; deuxièmement, elles remettent à l’avant des aspects d’autres paradigmes occultés antérieurement; troisièmement, elles relèguent à l’arrière plan des réalités précédemment proéminentes; et quatrièmement, elles ouvrent la voie à un paradigme contraire lorsque poussées à  leurs extrêmes.

Par exemple, on envisage Superman comme récupération de l’archétype du héros solaire, tel Apollon – mais il a aussi des points communs avec Moïse, et depuis 1992, avec les dieux qui meurent et ressuscitent (dont Jésus). Dès ses premières aventures, il se fait critique des abus corporatifs. Son plus célèbre antagoniste est Lex Luthor – l’incarnation du complexe capitaliste industriel – mais il combat aussi diverses personnifications du dogmatisme. Superman présente une conception de l’idéalité très éloignée de l’humain, dévalorisant ainsi l’héroïsme conventionnel. Enfin, il met l’extraordinaire en tension avec l’ordinaire pour en faire ressortir les éléments implicites; poussé à son extrême, ce rapport de critique s‘inverse, révélant le caractère construit de l’idéalité, soit par les figures d’antihéros, soit par l’accentuation de la fictionalité au sein du récit.

No comments

Post a Comment